DS Smith Brand Logo: Rapak
bib_eco-friendly_h2.jpg

Analyse du cycle de vie

La division DS Smith Plastics a commandé une étude scientifique indépendante afin de mesurer la performance environnementale générale des caisses-outres par rapport aux autres solutions de conditionnement pour produits liquides.

Analyse du cycle de vie des caisses-outres

En quoi consiste l'analyse du cycle de vie ?

  • Cycle de vie du produit
  • Analyse d'impact
  • Résultats

En quoi consiste l'analyse du cycle de vie ?

L'analyse du cycle de vie (ACV) est une technique destinée à quantifier l'impact d'un produit sur l'environnement sur l'ensemble de son cycle de vie. Les différents éléments du cycle de vie sont analysés, depuis l'obtention de la matière première jusqu'au traitement ou à l'élimination des déchets en passant par la fabrication, le transport et l'utilisation du produit.

Pour chaque étape, on procède à un inventaire de la consommation d'énergie et de matériau ainsi que des émissions dans l'environnement. L’émission la plus fréquemment prise en compte est l’empreinte carbone d’un produit ou d’un processus.

L'analyse du cycle de vie est une démarche objective visant à évaluer l'impact environnemental associé à un produit, à un processus ou à une activité donné(e). Pour cela, on évalue la consommation d'énergie et de matériaux ainsi que la quantité de déchets émis dans l'environnement. Cette étape permet ensuite d'évaluer les potentiels d'amélioration identifiés sur le plan environnemental et de prendre les mesures adaptées (SETAC, 1990).

Cycle de vie du produit

L'analyse du cycle de vie mandatée par Rapak a été réalisée en toute indépendance par Pira International et son équipe de consultants spécialisés en durabilité. L'équipe a comparé la technologie des caisses-outres avec d'autres solutions de conditionnement dans neuf catégories de produits. Pour chaque catégorie, les différents formats ont été adaptés pour correspondre à la taille d'emballage la plus courante. L'impact sur l'environnement de chaque format a ensuite été mesuré dans dix catégories spécifiques.

Les caisses-outres ont été jugées performantes d'un point de vue environnemental et souvent supérieures aux autres solutions de conditionnement.

Etude d'impact

Au total, 30 matériaux d’emballages utilisés sur 10 marchés différents ont été étudiés. L’objet de l'étude d’impact, réalisée avec la méthode CML, était de comparer les systèmes de caisses-outres avec les solutions alternatives. Catégories d'impact examinées :

  • Epuisement des ressources non renouvelables
  • Acidification
  • Eutrophisation
  • Potentiel de réchauffement climatique
  • Usure de la couche d'ozone
  • Toxicité pour l'homme
  • Ecotoxicité aquatique
  • Ecotoxicité marine
  • Ecotoxicité terrestre
  • Oxydation photochimique

Potentiel de réchauffement climatique

L'analyse du potentiel de réchauffement climatique, ou empreinte carbone, consiste à mesurer le volume d'une masse donnée de gaz à effet de serre (CO2, méthane ou oxyde d’azote, p. ex.) qui est susceptible de favoriser le réchauffement climatique.

Comment cette valeur est-elle mesurée ? Le potentiel de réchauffement climatique se mesure en équivalents de CO2. Internationalement reconnu, cet indicateur est utilisé pour mesurer l’impact global sur l’environnement.

Si aucune mesure n’est prise pour réduire les émissions de carbone au niveau mondial, les températures moyennes risquent d'augmenter de plus de 2 °C. Cette augmentation se traduira par des changements climatiques majeurs, avec des orages tropicaux, des périodes de sécheresse, des vagues de chaleur ou encore de fortes précipitations. Pour stabiliser la situation, il faudrait réduire les émissions d’au moins 25% d'ici 2050 par rapport aux niveaux actuels.

En tant que fabricant responsable, nous devons prendre conscience de cette nécessité et réduire l'impact environnemental de nos produit. C’est pourquoi nous avons diligenté une étude approfondie pour mesurer le niveau des émissions de CO2 de toute notre gamme de caisses-outres.

Emissions de CO2 des caisses-outres = jusqu’à huit fois moindres par rapport aux autres solutions d’emballage.

Principaux résultats

L’analyse du cycle de vie a permis de comparer 13 systèmes de caisses-outres et de poches Rapak avec 17 solutions alternatives sur 9 marchés différents.

Analyse du cycle de vie - Les résultats en bref

Vin

Dans cette catégorie, l'étude d'impact a porté sur 7 solutions de conditionnement du vin.

  • 2 caisses-outres de 1,5 l. avec laminage métallisé
  • 2 caisses-outres de 1,5 l. en EVOH
  • 1 caisse-outre de 3 l. avec revêtement métallisé
  • 4 bouteilles en verre de 0,75 l
  • 3 briques en carton de 1 l.
  • 2 poches verticales en aluminium de 1,5 l.
  • 1 poche verticale en aluminium de 3 l.

Résultats

Le facteur déterminant de la comparaison des solutions de conditionnement du vin a été une utilisation efficace des ressources. La bouteille en verre a obtenu les plus mauvais résultats dans 8 catégories sur 10, notamment en raison de son poids, y compris en termes d’acidification et de réchauffement climatique.

La brique en carton est la plus mauvaise solution en termes d’usure de la couche d’ozone, mais arrive en tête dans 5 sur 10 des catégories d’impact examinées.

Les conditions de transport jouent un rôle important, les solutions basées sur des caisses-outres étant plus performantes sur les courtes distances de distribution.

De façon générale, les caisses-outres enregistrent de meilleurs résultats que les solutions alternatives et sont compétitives par rapport à la brique en carton. Les modèles les plus grands offrent même les meilleures performances au litre.

Post mix

Pour mesurer l’impact des contenants de post mix, quatre solutions ont été étudiées sur la base d'une unité de conditionnement de 10 litres.

  • 1 caisse-outre aseptique de 10 l.
  • 1 contenant en plastique de 30 l.
  • 1 fût en plastique de 220 l.
  • 1 contenant en métal de 10 l.

Résultats

Sur les quatre solutions étudiées, le contenant en plastique de 30 l. est celui dont l’impact environnemental est le plus important, en raison de son poids au litre et de la production de PEHD.

Le fût en plastique de 220 l. arrive dernier lorsque le processus de nettoyage est pris en compte.

La caisse-outre est plus performante dans la catégorie des emballages perdus et compétitive avec les solutions réutilisables.

Jus de fruit

Pour mesurer l’impact des emballages de jus d’orange, quatre solutions ont été étudiées sur la base d'une unité de conditionnement de 10 l.

  • 1 caisse-outre aseptique de 10 l.
  • 1 caisse-outre intasept de 10 l.
  • 10 bouteilles en plastique de 1 l.
  • 10 briques en carton de 1 l.

Résultats

Sur les quatre solutions étudiées, la bouteille en plastique de 1 l. arrive dernière, en raison de son poids au litre et de l’impact du processus de fabrication.

La brique en carton affiche le potentiel de réchauffement climatique le plus faible, grâce à sa teneur en ressources renouvelables et en substances biogéniques (le bois en l'espèce), qui agissent comme un puits de carbone, ce dernier étant capté dans l’atmosphère.

Les caisses-outres se révèlent compétitives, grâce à leur faible poids au litre et à leur structure extérieure en carton.

Huile alimentaire

Pour mesurer l’impact des emballages d’huile alimentaire, cinq solutions ont été étudiées sur la base d'une unité de conditionnement de 10 l.

  • 1 caisse-outre MDPE de 10 l.
  • 1 seau de 10 l.
  • 1 conteneur en plastique de 10 l.
  • 1 conteneur en métal de 10 l. utilisé 100 fois

Résultats

Le seau en plastique de 10 l. arrive dernière, en raison de son poids au litre et de l’impact du processus de moulage par injection.

Les conditions de transport du conteneur en métal jouent un rôle important. Il suffit cependant de 14 rotations pour que cette solution se montre plus performante que le seau.

La caisse-outre arrive en tête, grâce à son faible poids au litre et à sa structure extérieure en carton.

Produits laitiers

Pour mesurer l’impact des contenants de produits laitiers, trois solutions ont été étudiées sur la base d'une unité de conditionnement de 10 litres.

  • Une caisse-outre de 10 l. en PE
  • Un contenant en plastique de 10 l.
  • Un contenant en plastique de 4 l.

Résultats

Le contenant de 4 l. est la solution la moins performante des trois en raison de son poids au litre et de l’impact du processus de moulage par injection.

La caisses-outre arrive en tête grâce à son faible poids au litre et à sa structure extérieure en carton

Produits chimiques

Pour mesurer l’impact des emballages de produits chimiques, cinq solutions ont été étudiées sur la base d'une unité de conditionnement de 10 l.

  • 1 caisse-outre avec laminage métallisé de 10 l.
  • ½ contenant en plastique de 20 l.
  • 1 cubitainer de 10 l.
  • 1 contenant en plastique de 10 l.
  • 1 contenant en métal de 10 l. utilisé 100 fois

Résultats

Le contenant en métal arrive premier en termes de potentiel de réchauffement climatique, grâce à sa réutilisabilité. Il faut cependant un minimum de 82 rotations pour que sa performance soit supérieure à celle de la caisse-outre.

Le contenant en pastique de 10 l. obtient de meilleurs résultats que celui de 20 l. Cela s'explique par une utilisation plus efficace du PEHD, qui améliore la performance tant en termes de poids au litre que de consommation d’énergie dans la phase de production.

La caisse-outre fait mieux que le cubitainer, du fait d’une utilisation moins importante de matière première et d’un impact plus faible lors de sa destruction.