Risque lié au climat (TCFD) - DS Smith

La TFCD (Task force on climate disclosure)

Les investisseurs, les clients et les gouvernements souhaitent savoir comment les entreprises s'adaptent à la transition climatique. C'est pourquoi nous avons mis en œuvre les recommandations de la TFCD (Task force on climate disclosure).

Ces recommandations nous permettent d'identifier et d'évaluer les risques et opportunités potentiels liés au changement climatique pour notre business modèle et réagir en conséquence.

Gouvernance

Les membres du conseil d'administrationdu comité d'audit et du comité santé, sécurité, environnement et développement durable supervisent l'approche du groupe en matière de gestion des risques, y compris ceux liés au climat. Les risques sont étudiés lors de nos processus opérationnels standards afin de s'assurer que des mesures de régulation appropriées soient mises en place dans le cadre de réunions de direction. Les réunions mensuelles des divisions rendent compte des méthodes d'atténuation des risques et des progrès réalisés au conseil d'administration. Les questions liées au climat sont évaluées par le comité de la santé, de la sécurité, de l'environnement et du développement durable lors de la mise en place de la stratégie, des politiques et de la planification. Ces questions font l'objet d'un rapport permanent à la direction générale, tant au niveau du groupe que des divisions, qui fournit des mises à jour sur la mise en œuvre des plans. Les progrès réalisés par rapport à nos objectifs en matière de lutte contre les problèmes liés au climat, par exemple la réduction des émissions de carbone et la gestion de l'eau, sont suivis par le conseil d'administration dans le cadre de nos rapports réguliers sur le développement durable.

Stratégie

Notre raison d'être est de repenser l'emballage pour un monde qui change. Parmi d'autres mégatendances, telles que les révolutions technologiques et l'urbanisation, le changement climatique est une opportunité pour repenser le monde dans lequel nous vivons et qui appelle à une décarbonation rapide de l'économie. Nos clients exigent des performances toujours plus élevées de nos solutions d'emballage circulaires, qui limitent les émissions de carbone en priviligiant la réutilisation et le recyclage. Notre plus grand risque de transition climatique est de ne pas atteindre le niveau de performance environnementale attendu dans la conception, l'utilisation et l'élimination de nos produits. Ceci menaçerait  notre capacité à répondre aux préférences des clients qui privilégient les emballages à faible impact. La performance environnementale de nos emballages est en grande partie déterminée par la consommation d'énergie lors de la fabrication. Cette consommation nous expose à une réglementation qui vise à augmenter le prix des émissions de GES dans le cadre du système d'échange de quotas d'émission (SCEQE), augmentant ainsi nos coûts opérationnels.

De ce fait, notre plus grande opportunité est de minimiser notre exposition à l'augmentation du prix des émissions de GES en réduisant nos émissions grâce à une meilleure efficacité énergétique et à la consommation d'énergie renouvelable. Cela permet non seulement de réduire notre exposition à l'augmentation de la tarification des émissions de GES, mais aussi d'améliorer la performance environnementale de notre produit. Comme c'est un élément stratégique, nous avons fixé un objectif de réduction de nos émissions de carbone par tonne de production d'ici 2030 comparé à l'année de 2015. Nous avons établi une feuille de route d'investissements qui, une fois mise en œuvre, améliorera la performance carbone de nos actifs les plus emetteurs et étudiera la possibilité d'utiliser de nouvelles initiatives, des partenariats et des aides du secteur public pour aider à financer la décarbonisation de nos activités. Cela améliorera la résilience à long terme de notre approvisionnement en énergie, en fournissant des sources d'énergie fiables, abordables et durables, en réduisant notre exposition à la législation visant à réduire les émissions de GES et en améliorant la performance environnementale de notre produit. Au cours des prochains mois, nous analyserons la résilience de notre stratégie, en tenant compte de divers scénarios liés au climat. Nous prévoyons de publier les résultats de cette analyse en 2021.

Gestion des risques

Les risques liés au climat peuvent être divisés en deux catégories : le risque physique (par exemple, l'évolution des conditions météorologiques) et le risque de transition (par exemple, l'évolution des tendances du marché).

Ces deux types de risques sont identifiés et évalués grâce à des sources fiables, par exemple le CDP, sur une base continue, en évaluant la probabilité d'occurrence et l'ampleur estimée de l'impact financier ou sur la réputation qui en résulte à court terme (cycle annuel actuel des rapports), à moyen terme (1-3 ans) et à long terme (3-10 ans). Ces informations sont documentées et, sur la base de ces critères, les risques matériels sont évalués de manière plus approfondie, en tenant compte de nos activités, de notre chaîne d'approvisionnement, des attentes des parties prenantes et de la réglementation.

Le département "Group Risk" évalue les risques matériels avec l'aide de nos partenaires d'assurance FM Global. La décision d'atténuer, de transférer, d'accepter ou de contrôler un risque est influencée par une série de facteurs, tels que l'emplacement du site. Une attention particulière est accordée aux sites considérés comme stratégiques, en donnant la priorité à la mise en œuvre de plans d'atténuation dans les lieux à forte valeur ajoutée. Par exemple, la pénurie d'eau due à l'évolution des conditions météorologiques est un risque physique que nous avons identifié ; il pourrait avoir des répercussions sur certaines de nos opérations dépendantes de l'eau. Ce risque est géré par la mise en place de plans de gestion du stress hydrique pour les sites concernés.

Le risque de transition est géré par l'équipe de développement durable du groupe, qui collabore avec les différentes fonctions pour analyser ces risques, y compris leurs implications financières. L'augmentation de la tarification des émissions de GES et l'évolution des tendances du marché ont été identifiées comme les risques de transition liés au climat les plus importants, en tenant compte de l'impact financier et de la probabilité attendue. Les risques transitoires et physiques sont identifiés, évalués et gérés avec d'autres risques communs identifiés au sein  du groupe, qui est intégré dans notre politique de risque du groupe et mis en œuvre par le biais de notre processus de planification d'entreprise. Chaque division contribue à l'identification et à l'évaluation des risques deux fois par an, en utilisant une terminologie spécifique qui comprend des descriptions, des évaluations, des contrôles et des tendances clairs.

Mesures et objectifs

Nous partageons nos performances sur les émissions de gaz à effet de serre dans notre rapport annuel et notre base de données sur le développement durable, ainsi que d'autres mesures de performance environnementale. Notre réponse au CDP sur le changement climatique fournit également une analyse plus approfondie des risques, des opportunités et des performances liés au climat. Nous avons pour objectif de réduire nos émissions de CO2e de 30 % par tonne de production d'ici 2030 par rapport à 2015. Comme le montre notre analyse, nous progressons vers cet objectif grâce à des mesures d'efficacité énergétique et en utilisant des sources d'énergie à plus faibles émissions, ce qui limite notre exposition aux augmentations prévues du prix des émissions de GES dans le cadre du SCEQE.